Étiquettes

, , , , ,

Le plein emploi est possible grâce à la totale précarité!Incroyable mais vrai! Caterpillar est une entreprise qui fait des milliards de profits et qui a demandé à ses employés de réduire leur salaire de 50 %! Ça s’est passé au Canada tout récemment.

Voici les détails de l’histoire:

  1. Fin 2011, Caterpillar a exigé au syndicat des 450 employés d’une usine en Ontario des réductions de salaire de 50 %!
  2. En janvier, Caterpillar a annoncé un bénéfice de près de 5 milliards $US pour 2011, le montant le plus élevé de ses 86 ans d’existence.
  3. Le chef de la direction de Caterpillar a reçu un salaire de 10,5 millions $US en 2011, soit le double du montant reçu l’année précédente.
  4. Face au refus du syndicat de réduire les salaires de 50%, Caterpillar a annoncé la fermeture de l’usine et a mis à pied ses 450 travailleurs.

Le président de Caterpillar exige de ses employés une réduction salariale de 50 % alors que son propre salaire est doublé à 10,5 millions de $US.

Le cas de Caterpillar est-il un cas isolé?

Beaucoup d’entreprises rentables disent à leurs employés qu’ils ne peuvent conserver leur emploi que s’ils acceptent de gagner moins. Voici quelques exemples récents, toutes des histoires sorties après le krach de 2008:

Entreprise Réductions demandées Rentabilité
Rio Tinto Alcan (Québec) Augmentation du nombre de sous-traitants de 10,7 % en 2010 à 27 % en 2012. Ces travailleurs ne reçoivent que la moitié des salaires de ceux qui sont syndiqués. Revenus au cours de la dernière année établis à 15,5 milliards $, battant des records de même que les attentes du marché.
Extra Foods, filiale de Loblaws Réduction des salaires de moitié. Chiffre d’affaires annuel de près de 40 milliards et annonce d’une hausse de 19,8% des profits trimestriels en novembre.
Resolute Forest Products (alias Abitibi Bowater) Coupure salariale de 10 $ de l’heure, perte des vacances payées et paiement de 180 $ par mois pour des rentes d’invalidité à court terme Résultat: une coupure salariale de 18 % l’année dernière. La compagnie n’est pas mal en point, elle achète présentement une autre entreprise pour 71,5 millions $.
Le géant minier Vale Concessions pour ramener sa production canadienne en ligne avec le reste de son réseau de production, la plupart duquel est dans des pays en développement. Les revenus ont doublé depuis l’an dernier pour atteindre 46,5 milliards $ en 2010.

Source: L’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS)

Est-ce un nouveau phénomène?

Durant les 30 années qui ont suivi la Seconde Guerre Mondiale, la croissance des profits suivait la croissance économique. Depuis les années 1980, de plus en plus, la croissance des profits des entreprises vient des baisses des salaires et des impôts.

Le plancher salarial s’affaisse pour tout le monde mis à part l’élite, les 0,1 % les plus riches. Par exemple, la Metcalf Foundation a montré dans une étude que la proportion de petits salariés à Toronto a augmenté de 42 % de 2000 à 2005, alors que l’économie était encore en croissance.

Les entreprises font des profits faramineux, les patrons s’en mettent plein les poches alors que les travailleurs se font couper leur salaire ou perdent leur emploi

Les plus riches se tirent une balle dans le pied

Si tous les casse-couilles de la terre se donnent la main, ça va mal finir...Lorsqu’un entreprise réduit ses coûts en abaissant les salaires de ses travailleurs, elle augmente ses profits. Il s’agit d’un comportement raisonnable du point de vue financier.

Mais qu’arrive-t-il lorsque beaucoup d’entreprises abaissent les salaires de leurs travailleurs? Qui achètera les produits des entreprises? La production des entreprises augmente alors que les gens disposent de moins en moins d’argent pour acheter. Depuis une bonne vingtaine d’années, les banques ont répondu à ce problème en augmentant les facilités de crédit aux particuliers. Ce faisant, elle ont permis la consommation à crédit. Autrement dit, elles ont reporté le problème à plus tard, au moment où les gens seront trop endettés.

Qu’arrivera-t-il des profits des entreprises lorsque les gens seront trop endettés pour consommer davantage?