Étiquettes

, , ,

Photo de manifestants marchant dans une rue de New YorkUn mouvement social, débuté il y a deux semaines à New York, a culminé hier avec une manifestation qui a causé la fermeture du pont de Brooklin. Ce n’est qu’après l’arrestation de centaines de manifestants que le pont a pu être réouvert.

Selon Radio-Canada, ce mouvement de protestation contre les inégalités sociales a commencé à s’étendre à d’autres villes aux États-Unis! Je suis curieux de voir si cette contestation prendra de l’ampleur.

Paradoxe

Les manifestants scandent «Arrêtez la guerre, taxez les riches, éliminez le déficit!». Ce slogan m’apparaît plutôt paradoxal car l’élimination du déficit n’appartient normalement pas aux revendications de la gauche. Comme quoi, aux États-Unis, cette idée que le gouvernement doit éliminer son déficit est largement répandue, à gauche comme à droite du spectre politique.

Certains économistes keynésiens, comme Paul Krugman, doivent être bien tristes de constater que leur opinion (à savoir que les gouvernements devraient augmenter substantiellement leur dépenses pour relancer l’économie) reste ignorée. En effet, l’école keynésienne considère qu’en situation de chômage élevé, les gouvernements devraient augmenter leurs dépenses à court terme, quitte à augmenter leur déficit, afin de permettre à leur pays de retrouver sa pleine capacité productive. Ce n’est que sur le long terme, et ce en période de croissance, que les gouvernements devraient rééquilibrer leurs finances.

Redistribuer la richesse

Un manifestant tient une pancarte sur laquelle est affiché que 95% de ses élèves sont éligibles aux repas gratuits de l'État
Par contre, Paul Krugman peut au moins se consoler de voir que les gens demandent à ce que la richesse soit redistribuée, lui qui martèle ce problème depuis au moins huit ans.

Réduire le déficit?

Et vous, que pensez-vous de cette idée pour la gauche de prendre le cheval de bataille des financiers en demandant la réduction du déficit?