Étiquettes

, , ,

On entend dire cela assez souvent: L’économie est un cycle de récessions et de périodes de croissance qui recommence sans fin. Je ne suis pas d’accord avec ça!

Depuis les années 1980, un nouveau courant de pensée, appelé néo-libéralisme, oriente les décisions économiques dans nos sociétés. Ce courant de pensée met de l’avant les idées suivantes (entre autres):

Réduction de la taille de l’État:
  • moins de services offerts à la population par le gouvernement
  • privatisations: hôpitaux privés, prisons privées, autoroutes privées, armées privées, etc.
Baisses de taxes et d’impôts:
  • baisses d’impôts aux entreprises
  • baisses d’impôts aux classes les plus aisées
  • baisses de taxes qui profitent davantage à ceux qui ont le plus d’argent à dépenser
Libre-échange entre les pays:
  • Les entreprises peuvent s’établir dans les pays où les salaires sont les plus bas
  • Paradoxalement, seuls les produits traversent les frontières, les gens ont toujours besoins de passeports, de visas et de permis de travail
  • Les gouvernements doivent réduire les impôts aux entreprises et la portée des lois environnementales sous peine que les entreprises quittent le pays
    • Conclusion: le pouvoir aux entreprises face aux travailleurs et aux gouvernement

Un des effets du néo-libéralisme

Une grande partie de la richesse créée ne bénéficie qu’à une petite partie de la population:

Sur ce graphique, on voit que la richesse du 1 % de la population parmi les plus aisés a vu sa fortune augmenter considérablement depuis les années 1980 alors que la classe moyenne a bénéfivié pour sa part d'une faible croissance

Sur ce graphique, on voit que la richesse du 1 % de la population parmi les plus aisés a vu sa fortune augmenter considérablement depuis les années 1980 alors que la classe moyenne a bénéficié pour sa part d'une faible croissance

Pour en savoir davantage et surtout, pour consulter plusieurs graphiques intéressants, je vous invite à consulter cet article de Jean-François Lisée.