Mots-clés

, ,

Les taux d’imposition durant la période qui s’étend de la fin de la Seconde guerre mondiale au début des années 1980 étaient si élevés en comparaison à ceux d’aujourd’hui que la majorité des gens s’étonnent devant les chiffres:

  • Aux États-Unis, la tranche supérieure des revenus des plus riches était imposée à 91 % jusqu’en 1964.
  • Au Royaume-Uni, ce taux s’élevait à 83 % lorsque Margaret Thatcher est arrivée au pouvoir en 1979.
  • En France, les plus riches payaient entre 60 et 80 % d’impôt sur la tranche supérieure de leurs revenus durant toute la période de l’après-guerre.
  • Au Canada, le taux le plus élevé, qui atteignait 46 % dans les années 1970, est aujourd’hui à 29 %. Le vent a tourné dans les années 1980 avec le gouvernement conservateur de Brian Mulroney. Les niveaux d’imposition sont passé de dix à trois (il y en a quatre aujourd’hui).

De nos jours, ces pays ont abaissé leur taux maximal d’imposition autour de 35 à 40%. En conséquence, les riches sont de plus en plus riches et les pauvres sont de plus en plus nombreux car les gouvernements ont de moins en moins à leur offrir.

Le graphique suivant nous présente l’évolution du taux d’imposition aux États-Unis depuis le début du 20e siècle:

Avant la crise de 1929, les taux étaient très bas. Jusque vers les années 1980, les taux étaient plus élevés. Depuis, ils sont à la baisse.

Traduction libre:

  • Highest tax bracket: la plus haute tranche de revenus
  • Lowest tax bracket: la plus basse tranche de revenus
  • World war I: Première guerre mondiale. Trois hausses de taxes sont imposées pour répondre aux besoins en temps de guerre.
  • Economic boom of the 1920s: Boom économique des années 1920. Le Congrès américain coupe les taxes à cinq reprises.
  • The Revenue Act of 1932: La Loi sur le revenu de 1932. Les taux d’imposition sont majorés considérablement pour faire face à l’énorme déficit budgétaire causé par la Grande dépression. [L’impôt sur les plus hauts revenus passe de 25 à 63 %.]
  • World war II: Deuxième guerre mondiale. Une hausse de taxes en 1944 amène le taux d’imposition des plus hauts revenus à 94%, un sommet historique [un tel taux d’imposition s’apparente à un plafond salarial et un plafond sur les revenus].
  • 1964 rate cut: Baisse de taux en 1964. Le président Johnson signe une mesure proposée par le président Kennedy pour stimuler l’économie [comme quoi l’idée (pas toujours vraie) qu’une baisse d’impôt stimule l’économie ne date pas d’hier].
  • [1981: Premère baisse d’impôt de Reagan]
  • Tax reform act of 1986: Loi de réforme de la taxation de 1986. Cette simplification majeure de la taxation élargit la base des impôts et abaisse les taux d’imposition [Deuxième baisse d’impôt de Reagan].
  • 2001 tax cut: Coupure de taxes en 2001. Le président Bush remplit sa promesse de rendre aux payeurs de taxes les surplus budgétaires prévus, sous la forme de réduction d’impôts.

Le taux d’imposition, les inégalités et les crises économiques

Les écarts étaient élevés avant 1929 et après 1980

Part des revenus des 1% les plus riches aux États-Unis entre 1913 et 2008

La semaine dernière, je vous ai présenté un graphique, ici reproduit en petite taille, qui répondait à la question «Les plus riches ont-ils toujours été aussi riches?». Ce graphique, lorsque comparé à celui sur l’évolution du taux d’imposition, nous montre que les inégalités sont les plus importantes lorsque les taux d’imposition des plus riches sont au plus bas.

Autrement dit, la croissance des inégalités est liée à la baisse du taux d’imposition. Ainsi, taxer davantage les riches contribuerait à réduire les inégalités.

De plus, il s’avère que la Grande dépression de 1929 et la Grande récession de 2008 se sont produites lorsque les taux d’imposition des plus riches étaient à leur plus bas. Et au contraire, les taux d’imposition étaient historiquement élevés durant la longue période de prospérité des années 1945 à 1980.

Croyez-vous que la redistribution de la richesse soit liée à la prospérité économique? Les affirmations suivantes sont-elles valables selon vous?

  • L’accroissement des inégalités nuit à la croissance économique.
  • Taxer davantage les plus riches pourrait contribuer à relancer l’économie.
About these ads